Après Saint-Clément, le village des gugusses dans l'Allier et Saint-Clément-les-Places dans les Monts du Lyonnais, nous voici désormais à Saint-Clément-sous-Valsonne (ou Saint-Clément-sur-Valsonne) dans le Rhône.
Ce petit village est situé à 45 minutes de Lyon, au cœur du beaujolais vert.
Comptant environ 900 habitants, il se distingue par son héritage dans le domaine du tissage et il offre une agréable atmosphère grâce sa rivière, le "Saonan" et ses vignes beaujolaises.

Le nom du village

Mais au fait, on dit Saint-Clément-sur-Valsonne ou Saint-Clément-sous-Valsonne ?
Officiellement, la commune s'appelle Saint-Clément-sur-Valsonne. Pourtant, sur le site de la mairie et à l'entrée de la ville, les panneaux indiquent Saint-Clément-sous-Valsonne.

L'histoire du village

Au début du XIXe siècle, Saint-Clément, avec ses 906 habitants, était un vivant centre artisanal comptant 3 bouchers-charcutiers, 3 boulangeries, 3 cafés, 3 cordonniers, 5 épiceries, 2 maçons, 1 mécanicien, 3 menuisiers, 1 meunier, 1 sage-femme, 1 tabac, 2 tailleurs, et 1 tonnelier.
Le village hébergeait également 3 usines de tissage, une carrière de pierre bleue et une mine de sulfate de baryte, actives jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, produisant annuellement 2000 tonnes de baryte et d'eau oxygénée.

L'avènement de l'électricité dans les années 20 marqua un tournant pour Saint-Clément. Devenant "auto-entrepreneurs", de nombreux villageois se spécialisèrent dans le tissage à domicile avec près de 300 métiers à tisser recensés après-guerre. Ils produisaient surtout du voilage destiné à des sociétés de Tarare, exporté vers l'Indochine, l'Algérie et le Maroc. Cependant, les derniers tisseurs à domicile ont disparu à la fin des années 1970, marquant la fin de cette époque.

Bien que la dernière usine de tissage ait fermé en 2004, le village reste dynamique avec ses 704 habitants et possède une école accueillant plus de 100 enfants, une poste, un café-épicerie, ainsi qu'un restaurant renommé, le Saint-Clément.

Le tour du village

Le village lui-même offre un charme particulier, avec sa très belle église construite en pierre de pays, tirées d’une carrière située en dessous de la maison de retraite et son grand escalier mais aussi ses maisons en pierre, ses panneaux racontant l'histoire du village et de ses habitants, ses volets aux décorations atypiques ou encore ces belles portes comme celle ci-dessous avec un écusson.
Une balade le long de la rivière du Soanan permet d'observer les vestiges des anciennes industries textiles, tout en admirant un petit étang ou encore un pont habité par un sympathique canard.
Enfin en sortie de village, on peut admirer un beau pressoir.
A deux pas du bourg, il est également possible de suivre le chemin du Calvaire, jalonné de ses croix puis de découvrir les belles vignes du beaujolais.

Deux idées de randonnées

A partir de la sortie du village, juste à côté du gros presssoir, deux randonnées vous sont proposées :
1. Le long du Soanan (7 km - 2 h)
2. Le Perroux (7,5 km - 3 h)