- 4 minutes

Plateau de l'Artense - Cantal

Nature
Insolite
Famille
Détente
Des gorges de la Rhue aux plateaux du Nord, entre Auvergne et Limousin, entourée par la chaîne des puys, le plateau de Millevaches et le Cézallier, se trouve l'Artense, plateau constitué de roches volcaniques à l'altitude moins prononcée et au relief typique, fait de bosses et de cuvettes modelés par les glaciers du quaternaire.
Vachers Salers en plateau de l'Artense - Gérard Charbonnel
Vachers Salers en plateau de l'Artense - Gérard Charbonnel
Les bois qui le recouvrent, les vallées lacérées et les nombreux blocs granitiques qui le composent, donnent à l'Artense, des allures de paysage scandinave. Entre résineux, landes de bruyères et feuillus résiduels, l'Artense comprend aussi de petits lacs et des tourbières qui lui confèrent une image de campagne secrète où l'habitat s'y trouve dispersé et isolé. 
Le climat, en cette région peu connue, y est plus clément, ce qui a permit aux habitations de se couvrir de tuile plutôt que de lauze et au paysage de se nantir de murets aux pierres ramassées pour délimiter les espaces d'élevage. 
L'artisanat local, basé sur la production du bois, y était jadis très florissant. On y fabriquait sabots et " bacholes ", sorte de cuvettes de bois pour l'eau et le lait. Sur ce sol peu fertile, se produisait aussi la laine, le lin et le chanvre qui alimentaient autrefois les ateliers artisanaux de tissage.

Deux territoires distinctifs

Tout d'abord, le coeur du plateau, au nord des gorges de la Rhue, entre Lanobre, La Tour d'Auvergne et Condat, paysage aux horizons dégagés avec le majestueux massif du Sancy comme apothéose paysagère. C'est le pays natal de Pompidou, né à Montboudif, dans les environs de Condat-en-Féniers.

Les villages de cette région, au caractère rural bien prononcé, y sont dispersés. Seuls, les villages et bourgs de Trémouille, Champs-sur-Tarentaine et Condat ont le privilège d'y accueillir de magnifiques édifices romans campagnards. 
L'intérêt du paysage se trouve dans l'inattendu paysage aquatique que constitue le lac de Lastioules (commune de Trémouille), une succession d'étangs et de plans d'eaux communiquant dans un environnement fait de prairies et de rideaux d'arbres venant se mirer dans les eaux immobiles. 

Épousant les bordures de forêts, d’estives et de plaines agricoles qui l’entoure, le Lac de Lastioulles, le lac de Lastioules est l'une des plus importantes retenues d'eau du bassin de la Dordogne et un lieu de baignade très apprécié.
Ensuite, la confluence des rivières qui traversent le plateau en direction de la Dordogne proche et qui déterminent, entre Rhue, Sumène et Dordogne, un appendice que l'on peut rattacher à l'Artense, à l'Ouest de Riom-ès-Montagnes. Ici, le relief donne à ce terroir un caractère très particulier, aux limites géographiques mal définies en raison d'un relief assez accidenté aux allures " nordiques " avec, au Sud, le pays de Mauriac et les premières bordures cantaliennes. 
La partie Nord du plateau de l'Artense, pauvre en villages, fut assez tardivement occupée mais cette '' traîne '' est compensée par l'implantation de vieux bourgs médiévaux aux riches monuments historiques ( essentiellement églises et châteaux ) ainsi que d'un habitat rural relativement homogène. Antignac, Saignes, Ydes et Bassignac comptent de magnifiques fleurons d'architecture : sanctuaires romans ou maisons paysannes typiques.

En remontant le cours de la Dordogne, se présentent les gorges d'Avèze, paysage de hêtraies, de houx géant et de bouleaux, ultime étape menant aux toutes premières portes de la chaîne des puys.

Différent de son voisin le Cézallier, le plateau de l'Artense s'y dévoile plus composite, plus diversifié et la Rhue s'y impose comme une séparation naturelle entre les hautes terres du Nord et les planèzes du Cantal. 

Dans sa partie Nord, l'Artense peut être considérée comme une région de " hauts plateaux " alors que dans sa partie Sud, entre monde clos des gorges de la Rhue et cours plus suaves des rivières de la Sumène, ce terroir peut aisément porter le " label " de territoire discret et secret. 

L'Artense est faite de diversité et c'est précisément ce qui en fait toute sa grandeur et sa beauté.

Châteaux d'Auzers et de Val

Château de Val - Cantal - Gérard Charbonnel 2008
Château de Val - Cantal - Gérard Charbonnel 2008
Château de Val - Cantal - Gérard Charbonnel 2008
Château de Val - Cantal - Gérard Charbonnel 2008
Château d'Auzers - Cantal - Gérard Charbonnel 2008
Château d'Auzers - Cantal - Gérard Charbonnel 2008
En limite de ce terroir, le château d'Auzers marie à l'architecture militaire austère, le raffinement et le charmes des terrasses fleuries édifiées sur les vestiges de fossés devenus inutiles avec une magnifique vue panoramique sur les paysages environnants.

Le château de Val, jadis guettant la vallée encaissée de la Dordogne, juche désormais sur son îlot fortifié depuis la création du barrage de Bort-les-orgues. Lieux d'expositions, ses tours aux toits en forme de poivrière qui, jadis repoussaient l'ennemi, accueillent aujourd'hui une armée de visiteurs attirés par la beauté majestueuse du site, qui font de ce dernier, l'un des plus emblématiques châteaux féodaux de la région Auvergne.